Home » Le statut

Le statut

Exposé des motifs
L’évolution de l’UDPS depuis sa création le 15 février 1982 à ce jour, est caractérisée par deux étapes importantes :
Dans la première étape de la lutte sous la conduite de l’UDPS et grâce à la conscientisation, la tolérance, l’apprentissage et la pratique assidus de la démocratie dans les structures délibérantes du Parti tant à la base qu’au sommet, le peuple avait démystifié la dictature et vaincu la peur ;
Le peuple étant désormais en mesure de revendiquer et défendre ses droits, la deuxième étape de la lutte du Parti pouvait enfin s’enclencher et avait pour objectif prioritaire la conquête, l’exercice et la conservation démocratiques du pouvoir en vue de la réalisation de son projet de société.

Avec l’évolution de l’environnement politique, diverses mutations liées au contexte de sa lutte sont intervenues sans omettre que les stratégies héritées de la clandestinité devenaient obsolètes et désuètes. C’est ainsi que, par la réforme, il devenait impérieux de moderniser le Parti en présentant de nouvelles propositions, de doter l’UDPS des moyens adéquats et souples afin d’appliquer efficacement son projet de société.

Pour ce faire, il fallait, à travers une réforme profonde, des structures du Parti, donner à l’UDPS une nouvelle ambition et de nouveaux moyens d’action pour mettre un terme au dysfonctionnement du Parti entretenu par :

1. Une conflictualité permanente et dangereuse au sommet du Parti depuis le 24 Avril 1990 au niveau des organes centraux ( Collège des Fondateurs-Directoire National, Collège des Fondateurs-Présidence Nationale, entre le Comité National et le Secrétariat National) qui a entraîné la lourdeur et même l’inefficacité dans la gestion des activités du Parti en même temps que l’inexécution des décisions conduisant aux blocages.
2. La cohabitation difficile entre les organes délibérants et exécutifs du Parti due au clientélisme ambiant et à la démission générale des organes délibérants à tous les niveaux de leurs missions traditionnelles de contrôle des organes exécutifs pourtant prévues à l’article 29 alinéa 10 des statuts qui a favorisé notamment le laxisme, l’irresponsabilité, l’indiscipline de ces derniers et des dédoublements des organes de base essentiellement, sur fond de dysfonctionnement des organes centraux.
3. L’émiettement structurel par des dédoublements des organes Comité National-Secrétariat
National, deux organes importants du Parti qui a parachevé la déconfiture du Parti avec
la passivité, le rôle ambigu teinté de conflictualité des animateurs de ces organes et leur
incompétence doublée de la mauvaise foi, à juguler des crises dans leurs domaines et
ressorts respectifs qui ont eu à leur tour une part non négligeable dans la responsabilité
de la paralysie des activités du Parti.
4. Le choc des ambitions et des divergences d’opinions mal gérées, les luttes de positionnement teintées de tribalisme, les coups fourrés, les dénigrements, les diffamations, les préjugés, l’intolérance, le recours aux violences et intimidations
manipulées et préméditées, l’atteinte à la dignité des personnes et à leur intégrité physique qui ont, non seulement exacerbé la problématique du quorum du Comité…Télécharger le statut cic